la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7 – Le jour d’après

Holocauste nucléaireTV & Web sériesPosté par le 2/03/11 • Classé dans Holocauste nucléaire,TV & Web séries

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprèsLe jour d’après

The day after

USA – Nicholas Meyer – 1983

http://www.imdb.com/title/tt0085404/

« Tu comprends ce qui se passe en ce moment ? »

« Oui, la stupidité, elle finit toujours par gagner »

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprèsEn 1983, la diffusion du Jour d’après sur le réseau américain ABC à créer un énorme buzz. Le choc ressenti par le public placé face à l’inexorabilité du sort qui attendrait l’humanité en cas de guerre nucléaire devint phénomène de société. Le débat organisé par la chaîne pour suivre la projection regroupa un plateau de premier plan, Henri Kissinger,  Robert McNamara, Carl Sagan qui parla pour la première fois du concept d’hiver nucléaire, et William F. Buckley, Jr défendit le principe de dissuasion. La campagne de lancement du film par ABC avait été particulièrement soutenue, bandes-annonces plusieurs mois en amont, brochure pédagogique tirée à un demi-million d’exemplaires. Le succès fut à la hauteur de l’événement avec un nombre de spectateurs qui atteignit le chiffre hallucinant de 100 millions de personnes. La popularité du film traversa les frontières et incita les producteurs à sortir le film en salles en dehors du territoire américain (événement plutôt très rare, utilisé auparavant pour le « Duel » de Spielberg). J’ai vu le film en salle à Paris en 1984, je me souviens parfaitement du sentiment de malaise que le film avait provoqué et de la discussion très déprimée que j’avais eue avec l’ami qui m’accompagnait ce soir-là.

Le début du Jour d’après est particulièrement bien construit, la tension monte de façon extrêmement progressive. Un flash à la télévision diffuse bien quelques informations sur des récriminations provoquées par des exercices militaires des forces du pacte de Varsovie à proximité de frontières ouest-allemandes, l’exposition des personnages n’en est pas moins « casual » presque banale, limite niaise.

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

avant

Le jour d’après, contrairement à War Games ou à Threads abandonne complètement le concept de « Vrai/Faux documentaire. C’est un téléfilm de fiction classique, avec un scénario, des acteurs (plutôt inconnus à l’époque, en dehors de Jason Robards) et dont les premières minutes ressemble en tout point au gros de la production télévisuelle de l’époque. Et pourtant, de nombreux détails indiquent clairement que le film ne fonctionne pas du tout de façon traditionnelle. Il y a dans l’écriture et dans la mise en scène une volonté humaniste évidente. La prise de parole un peu distanciée des mockumentarys anglais permettait une gestion des personnages assez froide, un peu clinique, presque entomologique, ici, si le cadre ‘fiction’ force la réalisation à se rapprocher des personnages, le spectacle proposé est en complète rupture avec la fabrique de héros usuelle d’Hollywood. Les protagonistes, assez nombreux, sont de types moyens, des soldats de base, des banlieusards, en train de réaliser des occupations quotidiennes, on n’est pas tout à fait dans le réalisme soviétique, mais en tout cas bien loin de l’Amour du risque.

La situation internationale s’aggrave néanmoins suffisamment pour devenir inquiétante. En Europe, les manœuvres se sont transformées en escarmouche, puis en affrontements, la rumeur court que Moscou est en train d’être évacué, on parle d’utilisation d’armes nucléaires « tactiques »… À la télé, une journaliste en état de choc interrompt un dessin animé pour annoncer l’explosion des 1eres bombe en Allemagne. Le film bascule alors brutalement, des militaires court dans tous les sens, échangent des informations incompréhensibles, appuient sur des boutons, tournent des clés. À quelques centaines de mètres des pavillons de banlieue, les trappes des silos s’ouvrent et les ICBM décollent.

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

juste avant

La production du jour d’après fut à l’image de son sujet, cauchemardesque. L’idée de départ revient à Brandon Stoddard, président du département film chez ABC, qui avait été très impressionné par Le syndrome Chinois, un film inspiré de l’accident survenu à la centrale nucléaire américaine de Three Mile Island. Le développement du scénario, qui connut un nombre infini de versions fut confié à Edward Hume, un vétéran de la télévision américaine. Le réalisateur Nicholas Meyer (auteur de l’excellent C’était demain,  arriva sur le projet après plusieurs hésitations de part et d’autre. Il refusa notamment de s’engager sans avoir la garantie que le film ne dirait pas quel pays avait frappé le premier. ABC jouait gros sur le coup, aussi bien d’un point de vue financier qu’en termes d’image. Et comme tout producteur craintif, elle se montra hésitante, frileuse, effrayé du monstre qu’elle était en train de créer et cherchant à se border de tous les côtés, l’enfer pour un réalisateur. Le montage final constitua une partie de bras de fer visiblement assez pénible et Meyer quitta même pendant un temps le projet pour revenir et boucler son film. De fait si le film constitua un énorme succès d’audience il fut également très fortement attaqué pour son manque évident de patriotisme. Son rejet en bloc du « better dead than red » lui valut d’être traité de film de propagande soviétique.

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

pendant

La séquence de l’explosion des missiles russes sur Kansas City (5 minutes) mélange des images d’archives et des effets spéciaux d’incrustations. Nous sommes bien sûr loin des images de synthèse des films de Roland Emmerich, les plans destinés à illustrer la vaporisation des personnes sont aujourd’hui un peu figés, mais le travail énorme fait sur la direction photographique, le montage et l’illustration sonore mérite toujours autant d’admiration pour l’efficacité dramatique qu’elle dégage.

La deuxième partie refuse l’approche « psychologie de bazar » des films catastrophes et propose plutôt d’observer les conséquences collectives que les retombées du feu nucléaires vont avoir sur les survivants. Encore une fois, en abordant réellement son sujet, l’Après, le scénario affronte un défi insensé, que reste-t-il, en effet, à raconter quand tout est détruit, quand l’espérance de vie se limite pour le plus grand nombre à quelques jours ou quelques semaines, quand l’espoir d’un renouveau est inenvisageable pour plusieurs générations ? Les réponses du jour d’après sont sobres et efficaces, un prêtre dans son église au 3/4 rasée qui arrive à peine à lire la Bible, l’abattement à l’écoute d’un discours particulièrement creux et décalé du Président américain sur une radio bricolée, l’effondrement physique d’un chirurgien qui opère non-stop depuis plusieurs jours sans sommeil.

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

après

Le jour d’après les vivants envient les morts, eux, au moins, ne souffrent plus. Pour avoir eu le courage d’aborder le sujet et pour l’humilité avec laquelle il l’a traité, Le jour d’après est à la fois un tout petit film et un très grand film.

Je ne peux pas arrêter cet article sans dire quelques mots sur l’influence, réelle ou imaginaire que le film a eu sur le Président américain de l’époque, Ronald Reagan. Celui-ci écrivit dans ses mémoires « le film est très efficace et m’a laissé profondément déprimé « .

Attention enfin de ne pas confondre Le jour d’après (the day after – Nicholas Meyer – 1982) avec Le jour d’après ( the day after tomorrow – Roland Emmerich – 2004), le pauvre Emmerich a réalisé suffisamment de daubes pour qu’on ne lui pique pas ses rares réussites).

En + :

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

Au sommaire de ce dossier :

  1. 3ème guerre mondiale et cinéma – Pas de full frontal
  2. War games (La bombe)
  3. Threads
  4. Le jour d’après (The day after)
  5. La 3ème guerre mondiale (téléfilm)
  6. USA / Chine – 2025
  7. La 3ème guerre mondiale dans la-fin-du-monde.fr

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 4/7   Le jour daprès

Le jour d’après
Marqué: , , , , , , , , , , , ,

1 commentaire

  1. La guerre nucléaire est décrite dans la Bible, même le fonctionnement d’une Bombe. C’est le prophète Zacharie qui a vu cela, dans le chapitre 5.

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.