la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7 – La 3ème guerre mondiale au cinéma

A la UneHolocauste nucléairePosté par le 1/31/11 • Classé dans A la Une,Holocauste nucléaire

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

 

I don’t know how they will fight

World War III, but I know how

they will fight World War IV…

…with fucking lasers n’ shit !

Albert Einstein

in   »Ducked and covered« 

Quand a-t-on commencé à parler de 3ème guerre mondiale, le 9 mai 1945, le lendemain de la capitulation allemande, ou le 3 septembre, après celle du Japon ? Une chose est sure, la guerre de Corée (1950-1953) prouve indiscutablement que la Seconde Guerre mondiale, pas plus que la 1ère, n’était la « der des ders ». Avec l’exacerbation des tensions entre USA et URSS (USA – Chine, aujourd’hui) la menace d’un nouveau conflit global pèse sur les populations comme une épée de Damoclès. Cette épée d’un nouveau genre, encore plus meurtrière et encore plus aveugle quand il s’agit de séparer population civile des forces armées s’appelle la bombe atomique.

Avec elle, la guerre froide va engendrer de nouveaux comportements et profondément marquer la culture de masse. Franchement, James Bond aurait-il eu le même succès sans elle ?

À partir d’aujourd’hui, la-fin-du-monde.fr vous propose une série d’articles sur cette guerre qui n’a jamais eu lieu et qui a pourtant fait couler beaucoup d’encre.

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

Au sommaire de ce dossier :

  1. 3ème guerre mondiale et cinéma – Pas de full frontal
  2. War games (La bombe)
  3. Threads
  4. Le jour d’après (The day after)
  5. La 3ème guerre mondiale (téléfilm)
  6. USA / Chine – 2025
  7. La 3ème guerre mondiale dans la-fin-du-monde.fr

1 – 3ème guerre mondiale et cinéma – Pas de full frontal

  • Pourquoi moi ?
  • T’as piloté le Gulfire au-dessus de Leningrad.

in  « New-York 1997″

La 3ème guerre mondiale au cinéma, c’est tout d’abord un énorme paradoxe, si elle est souvent citée, de façon explicite ou pas, aucun film ne l’a jamais choisi comme sujet principal. Pas de “Jour le plus long”, pas de “Soldat Ryan” qui nous raconte les batailles entre armées américaines, Russes et/ou Chinoises. Le sujet représente certainement un mélange de cher/risqué/casse-gueule qui a visiblement refroidi les candidats. Une autre raison envisageable qui explique cette absence, c’est le caractère relativement infilmable d’un échange d’ICBM, dans sa phase finale – attaque/riposte – à part vue de l’ISS pas grand-chose à voir !

Les rares exceptions viennent plutôt de la TV, avec le très déprimant “Jour d’après” et “La 3ème guerre mondiale” une mini série de prestige de 1983 diffusé par NBC, ces deux films feront l’objet des parties 3 et 4 de ce dossier. Autres exceptions de vrais/faux documentaires anglais, « War Games » et « Threads » qui méritent également chacun un chapitre (2 & 3).

Ces préambules étant dernière nous et histoire d’organiser un peu le sujet, je vous propose un petit voyage dans le temps, rythmé, par les décennies et les films clés. Commençons en douceur par les années 50, en douceur, car 1945 est encore très proche et que la guerre n’est pas très « tendance ». La guerre froide, l’appellation est de Georges Orwell, va devenir de plus en plus concrète, avec bien sur la guerre de Corée et les avancées du complexe militaro-industriel – bombe A / Bombe H /…

« Le jour où la Terre s’arrêta » (1951) constitue certainement un des meilleurs exemples de ces films plutôt humanistes et qui sous couvert d’extra-terrestre permettaient d’exorciser une pression de plus en plus forte. Klaatu et son robot Gort viennent de l’espace pour transmettre un message de responsabilisation aux terriens : Attention à l’atome !

Avec « La guerre des mondes » (1953), la parabole est encore plus directe. Sous le couvert d’une adaptation du roman de H.G Welles, il s’agit en fait pour Hollywood de proposer une des premières tentatives de catharsis au public  américain, en présentant une attaque directe du  territoire national.

Mais c’est avec « Le dernier rivage » que le cinéma américain met plus franchement les pieds dans le plat et ce débarrasse des oripeaux de la parabole sci-fi. Certes, la 3ème guerre mondiale a eu lieu avant que le film commence, mais l’errance de ce sous-marin de l’US Navy et la vision des derniers jours de la race humaine que son équipage partage avec les habitants de Melbourne et particulièrement poignante et dramatique. (lire la critique du film, ainsi que celle de son remake sur la-fin-du-monde.fr)

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

Le jour où la Terre s’arrêta - Le dernier rivage - La guerre des mondes

Les films des années 60 expriment assez clairement l’attitude ambiguë d’Hollywood vis-à-vis du sujet. D’un côté l’énorme potentiel dramatique d’un sujet qui touche littéralement tout le monde, de l’autre sentiment de malaise garanti, pas de happy-end possible et anti patriotisme de fait. Cette attitude se retrouve complètement dans la façon dont la Colombia va mettre en avant en 1964 la farce géniale de Stanley Kubrick, « Dr Folamour » tout en sabordant volontairement la carrière commerciale de « Fail Safe » de Sidney Lumet, qui constitue pourtant un des films les plus poignants de l’époque. À l’heure de la crise des missiles de Cuba et de l’assassinat de JFK, la major n’a pas trop d’envie de désespérer un public déjà durement éprouvé.

- Panic in year zero »] Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

Dr Folamour - Fail Safe[1

À noter également le traitement du sujet dans la série B, avec le cultissime « Panic in year zero » qui montre la transformation d’un américain moyen (Ray Milland) en survivaliste déterminé, limite fascisant, prêt à tout pour protéger sa famille.

L’atmosphère de l’époque est rendue de façon très humoristique par Joe Dante dans « Panique sur Florida Beach » ou  un producteur de films Z (largement inspiré par William Castle) affole les populations en leur faisant croire que des Bombes A russes explosent au coin de la rue.

La pression se relâche un peu durant les années 70, il faut dire que le grand public américain à un peu la tête ailleurs, entre la guerre du Viet Nam, le scandale du Watergate, les otages de l’ambassade de Téhéran et le 1er choc pétrolier pas trop de temps pour penser à l’apocalypse.

Mais les années 80 affichent clairement une nouvelle surenchère, certainement en lien avec le pic qu’atteint la guerre froide. C’est l’époque de l’accélération de la course aux armements, du durcissement des discours (l’URSS définit comme « l’empire du mal » par le président américain Ronald Reagan)(lire l’article sur Able Archer sur la-fin-du-monde.fr)  et d’une méfiance grandissante vis-à-vis de la technologie. Les vilains de James Bond complotent tous pour déclencher la 3ème guerre mondiale comme Kamal Kahn dans « Octopussy » qui tente de faire exploser une base de l’OTAN. Le nationalisme reaganien trouve son apogée avec « L’aube rouge » qui voit une bande de teen-agers incarner la résistance à l’invasion des USA par des troupes soviéto-cubaines. Le tout emballé dans un scénario aussi propagandiste qu’un film sur la réalisation du plan quinquennal dans un kolkhoze d’Ouzbékistan. Et les superordinateurs du pentagone craquent sous les attaques du jeune hacker joué par Matthew Broderick dans « War Games ».

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

L'Aube Rouge - War Games - Two Tribes

Le sujet commence également à dépasser cinéma et télévision pour toucher la pop par exemple, « 99 luftballons » de Nena et le superbe clip de Frankie Goes To Hollywood pour « Two tribes », ainsi que la BD « When the wind Blows » de Raymond Briggs.

Les années 90 permettent de souffler un peu, le rideau de fer est tombé, Francis Fukuyama a déclaré la fin de l’histoire, la pression semble un peu se relâcher. James Cameron viendra pourtant souffler sur des braises qui ne demandent qu’à être rallumées en offrant des visions dantesques d’apocalypse nucléaires dans « Terminator 2 ».

Le 11 septembre 2001 remet à sa façon les pendules à l’heure, comme le disaient la bande-annonce de « Goldeneye », « les ennemies ont changés, les menaces ont changés » et la fille de Tom Cruise (Dakota Fanning) qui assiste au rampage de Bayonne dans le remake de « la guerre des mondes » de Steven Spielberg demande à son papa : c’est des terroristes ?

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma

Call Of Duty 2 Modern Warfare - La guerre des mondes -Terminator 2

Cette décennie voit également les jeux vidéo concurrencer durement le cinéma  dans sa capacité à raconter des histoires. De ce point de vue, incarner un marine sortant d’un bunker situé en plein cœur de Washington en flammes pour aller batailler contre des commandos russes dans Call of Duty: Modern Warfare 2 constitue certainement une des expériences apocalyptiques les plus fortes de ces dernières années.

[1] Hé oui, c’est bien JR Ewing (Larry Hagman) à coté d’Henry Fonda

Dossier : 3ème Guerre Mondiale 1/7   La 3ème guerre mondiale au cinéma


  1. 3ème guerre mondiale et cinéma
  2. War games (La bombe)
  3. Threads
  4. Le jour d’après (The day after)
  5. La 3ème guerre mondiale (téléfilm)
  6. USA / Chine – 2025
  7. La 3ème guerre mondiale dans la-fin-du-monde.fr
Marqué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires

  1. Je ne sais que penser …. Et si au lieu d’une guerre totale et atomique la menace ne serait pas religieuse… En fait, nous n’avons pas changé de fonctionnement.

    Les occidentaux (catholiques et hébreux) sont aussi dangereux dans leurs extrêmes que n’importe quel islamiste extrémiste.

    Avec le printemps Arabe, nous voyons se poindre à l’horizon un jeu étrange et malsain…. Le moyen orient est depuis longtemps une véritable poudrière…

    L’opération « Exodus » en est le début…. Pardon un des épisodes …. Cela dure depuis bien plus longtemps que l’avènement d’un Christ et d’un livre qui au fil du temps fut trafiqué et interprété de manières diverses… Afin bien sûr de maintenir les hommes (Chrétiens) dans une idée de comportements « droits ».

    Il nous faudra pour avancer oser regarder au delà de la Syrie… Je ne suis n’y stratège, n’y politique mais, je me pose des questions sur la fin du pétrole et de ses conséquences ….

    La chine est en pleine lancée et si elle devait se bloquer maintenant, ce serait catastrophique….

    Nous entendons les politiciens de droite et de gauche de ce vieux continent nous dire: Ce n’est pas si grave que l’Euro s’enrhume…. Ce qui m’inquiète par contre c’est que les Chinois injectent des sous dans l’euro pour l’aider à survivre…

    Et de voir certains excités de tous bords nous mentir ….

    Pour en revenir à la possibilité d’une troisième guerre… Je pense que nous ne sommes jamais sortis de la première et que tous les Européens que nous sommes portons en nous les fautes stratégiques de politiques rigides…. La deuxième guerre en était une image frappante.

    Nous pourrions débattre de cela pendant des années… Si nous ne changeons pas de vue, nous allons nous brûler les ailes une fois de plus… Je pense que le vieux continent va encore devenir un champ de bataille.

    Ce seront les civils qui en payeront le plus lourd tribut car les Dieux de la guerre en ont changé les règles….

    Alors, bombe sale, atomique ou virale…. nous avons le connaissances suffisantes pour nous foutre en l’air avec la bénédiction de toutes les religions….

    Peter

  2. C’est vraiment un commentaire enorme, je suis choqué de trouver des gens pensant comme sa, c’est peut etre fataliste et dramatique mais c’est véridique donc brule babylon brule,.

    Et comme disait Einstein: je ne sais pas de quoi sera fait la 3 eme guerre mondiale, mais je sais que la 4 eme aura lieu avec des gourdins et des cailloux.

    L’AntiAméricanisme est grandissant et surtout dans ce que l’on appelle la ligue arabes, les transactions pétrolieres en dollars qui sont plus corrompu que jamais.

    Les petroliers arabes souhaitent même faire ces transactions en euros, ce qui errayerait le lobby americano-sionistes si je puis dire et meme faire basculer l’economie américaine puisque c’est une des valeurs marchandes les plus spéculés en bourse a Wall Street biensur..

    En fait sous couverture de l’Europe c’est les Etats-unis qui sont en train de perdre le controle mondial, chose qui leurs paraissaient tellement normal qu’ils ne peuvent accepter le fait de perdre le controle mondial, l’Europe étant mise en tete pour masquer l’énorme crise que vie les Etats-Unis d’Amérique, le crack boursier est pourtant parti de la-bas.

    Le problème qui vient c’est que ceux qui gouverne cet enorme systeme mondialisé on abusait de ces capacités, et oui la vache n’a plus de lait et sa se fait sentir.

    C’est comme un vehicule à bout de souffle le moteur ayant donné ces derniers kilometres, qu’il ne soit plus changeable, notre systeme en est la, et nous avons tous la preuve vivante que l’argent n’est pas le moyen le plus sur, pour finaliser n’importe quels transactions que se soit, le système n’a d’autres choix de s’effondrer pour etre reconstruit et pouquoi c’est surement votre question.

    Parce que les actionnaires de cette enorme banque qui est le monde est plus endetté que l’argent sois-disant tournant que ce systeme est censé redistribuer, le masque de ce defaut est la bourse, étant des spéculations calculé par des logiciels et modifier par le facteur humain les traders qui font croire aux monde que l’economie progresse.

    Impossible me direz-vous si vous avez compris, si vous donnez un billet de 20 euros a votre voisin, qui le donne a son voisin qui fait pareil jusqu’a ce que le billet vous reviennent comme si vous aviez former une ronde, si aucun de vos voisins de rondes n’a d’argent et qu’il ne dépense pas votre billet, il n’y a aucune chance que vous vous retrouviez avec plus de 20 euros.

    C’est exactement l’inverse que la bourse à créer, speculer et créer de l’argent à partir d’un flux continu d’information, dont l’homme est le seul facteur de variation, cette argent n’existe pas ni sous forme de monnaie, ni sous forme de denrées, et des gens s’enrichissent de cette argent qui viens de nulle part, et comme dans la logique vous ne pouvez pas dépenser ce que vous n’avez pas, cela indique forcement au systeme qu’il y a un trou quelque-part, cet argent inéxistant est demander en liquide est en bien.

    Il va donc s’ajouter à un total pré-régler et indiquer un dette masqué par la monté virtuel de l’economie orchestré par le monde de la bourse.

    Comment pouvons-nous avoir de la croissance alors que nous sommes endettés, je parle du monde entier, c’est comme sa pour vous chez vous, quand vous etes en moins sur votre compte vous arrivez a en retirer un plus quelque-part non.

    Le mensonge ( et le systeme en est la preuve) peut durée pendant des siècles mais la vérité elle se déclare en un jour. On peut faire tricher les mathématiques, mais l’erreur à corriger deviendra si grosse que même la triche elle meme ne pourra plus rien y faire.

    L’homme et les civilisations, excusez moi du terme mais il faut qu’on se casse la gue’*:!, pour repartir d’equerre sa à commencer avec babylon suivi d’un nombre important de civilisations qui ont eu la gloire et le déclin, la notre n’échappera pas à la régle, La fin n’es que le debut d’un nouveau commencement.

  3. La fin du monde moi je vois ça comme une lente agonie qui a déjà commencé

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.