la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

La fin du monde est reportée à une date ultérieure

PhotographieRevue de Net / PressePosté par le 10/16/10 • Classé dans Photographie,Revue de Net / Presse

La fin du monde est reportée à une date ultérieureEncore une expo d’art contemporain sur la fin du monde, après Dark Age Era North America: The Ice Next Time au Barrick Museum de Las Vegas et La fin du monde tel que nous le connaissons à la Kunsthalle de Mulhouse, voici , La fin du monde est reportée à une date ultérieure conçue par le photographe Patrick Grabet et présentée au Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos de Mont de Marsan.

Je n’aurais malheureusement pas l’occasion de visiter cette expo, voici donc une petite revue de presse :

Dossier de presse :

La fin du monde est reportée à une date ultérieure. Voilà un titre d’exposition qui peut laisser perplexe. Faut-il y voir une bonne nouvelle ou s’alarmer du fait que si elle n’a pas eu lieu, elle reste à venir… ironie ou didactisme? Patrick Grabet brouille les pistes. Mais, si l’on y regarde de plus près, ses expositions sont le fruit de ses réflexions artistiques et sociales mais aussi, et c’est là une démarche particulière à son travail, de ses réflexions philosophiques. Or les philosophes, Hegel en tête n’ont-ils pas annoncé la fin de l’histoire? Et c’est bien d’histoire qu’il s’agit là, la grande comme la petite. Pour aborder un sujet si vaste, Patrick Grabet ne se limite pas à questionner la place de l’image dans la société, il s’interroge également sur la mémoire et l’identité, jouant tantôt avec la mémoire collective,celle qui fait l’Histoire et tantôt avec la mémoire personnelle, celle de la petite histoire.

La fin du monde est reportée à une date ultérieure

PHOTO PASCAL BATS

Sud-Ouest :

Au départ, sans savoir où l’on entre, on peut être interloqué. La fin du monde est annoncée depuis tellement longtemps qu’on peut bien la reporter de quelques secondes, heures, voire décennies. D’ailleurs, on ne se souvient plus très bien à quand date le début. Mais si nous n’y étions pas, Patrick Grabet non plus d’ailleurs, ce qui n’empêche pas cet artiste iconoclaste de nous envoyer un flot d’images à travers la figure. Toutes sortes d’images, des grandes et des petites, des images entières et des morceaux d’images, des petits bouts coupés puis juxtaposés, des images en filigrane et d’autres en surimpression. Le tout dans un cadre très conceptuel, adapté au millimètre pour les salles du Centre d’art contemporain.

Aquitaine On line :

Cette exposition, pensée comme une œuvre globale et non comme la présentation de tableaux ou œuvres indépendantes les unes des autres, s’articule autour de 3 axes majeurs qui donnent la tonalité de chacune des 3 salles. La première salle fait l’objet d’une réflexion sur l’universel et la mémoire collective dans sa relation avec l’individu. La deuxième appréhende la notion de mémoire personnelle et d’intériorité tandis que la troisième salle laisse la place à l’imaginaire lui aussi constitutif de tout individu. On retrouve par ailleurs dans cette exposition « l’alphabet plastique » que Patrick Grabet a mis en place au cours des dernières années pour traduire ses réflexions philosophiques et dans lequel le carré, inspiré de l’art islamique, occupe une place de choix.

Centre d’Art contemporain Raymond-Farbos
3 rue Saint-Vincent-de-Paul
40000 MONT DE MARSAN

Du 7 octobre au 27 novembre 2010

Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h.
Le samedi de 14h à 18h.(Fermé dimanches et jours fériés)
Tarif plein : 3€
Renseignements : 05 58 75 55 84

En + :

Marqué: , , ,

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.