la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

3ème guerre mondiale, le « war book » américain 1/2

Holocauste nucléaireRevue de Net / PressePosté par le 4/18/10 • Classé dans Holocauste nucléaire,Revue de Net / Presse

3ème guerre mondiale, le « war book » américain 1/2

L’administration Nixon, le SIOP, et la recherche d’options limitées, 1969-1974

(traduction la-fin-du-monde.fr) lire l’article original sur le site des Archives de la sécurité nationale

Par William Burr, publié le 23 novembre 2005

1ère Partie : le SIOP

« Avoir pour seule option de tuer 80 millions de personnes est le comble de l’immoralité »

La déclassification récente de documents stratégiques de l’administration Nixon permet aujourd’hui d’entrevoir la façon dont le gouvernement américain appréhendait l’utilisation possible de l’arme nucléaire. Après une période, assez primitive, où le plan consistait, en gros, à balancer sur les Russes tout ce qui était disponible, les options deviennent plus précises, et avec Kissinger, elles deviennent même des arguments possibles lors de crises politiques. Après le War Book anglais, cet article paru sur le site des Archives de la sécurité nationale américaines offre une vision terrifiante de la façon dont les USA préparaient la 3ème guerre mondiale.

L’administration Nixon, le SIOP, et la recherche d’options limitées, 1969-1974
(traduction la-fin-du-monde.fr)
Archives de la sécurité nationale
Par William Burr, publié le 23 novembre 2005

Le plan de guerre nucléaire, également appelé Single Integrated Operational Plan, constitue l’un des secrets les plus jalousement gardés du gouvernement des États-Unis.

Les quelques passages importants du premier SIOP, le SIOP-62 (pour l’exercice 1962) – qui ont constitué les seuls éléments connus de ce document ont été déclassifiés, reclassifiés, re-déclassifiés, puis refermés de nouveau, heureusement certains articles clés ont pu être récupérés par les archives. La plus grande partie du SIOP reste inconnue du public et des parties importantes telles que les cibles, l’affectation des armes et les plans de vols des bombardiers et des missiles sont restés top secret pendant des années et le resteront certainement indéfiniment.

Les organismes fédéraux ont systématiquement refusé la divulgation de larges parties de documents contenant des informations sur le SIOP. Néanmoins, des informations importantes sur la planification des guerres nucléaires par les États-Unis, et la façon dont ils ont évolué au cours des années 1960 et au début des années 1970 ont été déclassifiées grâce à des demandes de la FOIA (Freedom of Information Act), le passage obligatoire aux Archives nationales, et des déclassifications de routine. Avec ce cahier d’information, la National Security Archive publie pour la première fois des documents récemment déclassifiés sur la planification de la guerre nucléaire pendant les années de la présidence Nixon.

Ces documents déclassifiés indiquent ce que le SIOP était devenu sous l’administration Nixon. Conçu à l’origine comme un plan pour une attaque nucléaire massive lancée préemptivement ou en représailles contre l’Union soviétique et le bloc soviétique, ce document est devenu, sous l’influence de l’administration Kennedy, un ensemble de plans avec cinq grandes options de frappes nucléaires. La préemption a toujours été une option, mais une attaque préventive dépendait de la disponibilité de signaux d’alerte stratégique indiquant qu’une attaque soviétique contre les Etats-Unis était imminente. Si, par contre, les autorités américaines recevaient une alerte tactique, fournie par exemple par les radars du Ballistic Missile Early Warning System (BMEWS – Système d’Alerte Précoce des missiles balistiques), montrant que les Soviétiques avaient déjà lancé des missiles, elles disposaient de 15 minutes pour ordonner des frappes de représailles.

3ème guerre mondiale, le « war book » américain 1/2

Schéma des retombées d'une attaque, de type ALPHA sur l’ensemble des Silos ICBM russes

Le National Strategic Targeting and Attack Policy (NSTAP – Politique nationale d’Attaque et de ciblage stratégique ), approuvé par le secrétaire à la Défense et de l’état-major interarmées, guidait la préparation du SIOP. Influencé par le concept de «Contres-forces » apparu au début des années 1960, elle a cherché à épargner, ou du moins minimiser, les victimes civiles de certaines des attaques en évitant les villes et mettant l’accent sur les capacités nucléaires de l’adversaire. Le NSTAP établit trois tâches essentielles, dont la principale est la destruction des cibles de menace nucléaire :

  • ALPHA : détruire les capacités stratégiques nucléaires soviétiques et chinoises situées en dehors des zones urbaines. Cette tâche comprenait la destruction des centres de contrôle militaire et politique de haut niveau chinois et soviétique.
  • BRAVO : détruire les capacités militaires conventionnelles soviétiques et chinoises (y compris les casernes, terrains d’aviation tactique, et ainsi de suite), situées hors des zones urbaines.
  • CHARLIE : détruire les capacités nucléaires soviétiques et chinoises situées dans des zones urbaines, ainsi que 70 % des industries du secteur urbain.
Marqué: , , , , , ,

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.