la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

L’apocalypse au coin de la rue.

Revue de Net / PressePosté par le 2/21/10 • Classé dans Revue de Net / Presse

L’apocalypse au coin de la rue.De nombreux penseurs New Age cherchent à s’élever – littéralement. Ils sont persuadés que les océans vont se soulever et que des tsunamis frapperont le 21 décembre 2012.

Un article de Douglas Todd, Vancouver Sun (traduction la-fin-du-monde.fr, avec l’aimable autorisation de l’auteur)

Publié le Samedi 30 janvier 2010

Brad Carrigan « présente bien », comme on dit. Ce résidant de Vancouver s’habille élégamment, possède un physique athlétique, ses cheveux sont propres et courts, son comportement amical et sa façon de parler impeccable. Il ressemble, comme tant d’autres, à un homme d’âge moyen, heureux et en bonne santé du Middle West.

Carrigan gagne bien sa vie en tant que  consultant financier depuis 12 ans,  il a joué avec certains des meilleurs musiciens du pays, écris un concert de musique sacrée exécuté au Queen Elizabeth Theatre, accueille un programme appelé The Eternal Wellness Show et dirige Blue World Lifestyle Multimedia Corporation, qui dispose d’un site web élégant.

Comme des millions de personnes en Colombie-Britannique et ailleurs, Carrigan est également fan d’un film à succès récent, qui a rapporté 800 millions de dollars, réalisé par le célèbre  Roland Emmerich (réalisateur d Independence Day) et avec John Cusack.  Son intrigue tourne autour d’un cataclysme qui élimine la plupart des sept milliards d’habitants de la Terre en  2012.

Brad Carrigan est lui aussi persuadé qu’un cataclysme mondial arrivera en décembre 2012.

Le très présentable Carrigan commence seulement à se transformer en personnage quand il déclare penser que le film est beaucoup plus qu’une fiction.

Suivant la direction de la campagne marketing de 2012, Carrigan déclare que ce film-catastrophe pointe sur quelque chose qui va bientôt devenir terriblement réel.

Son livre sur ce sujet s’appelle « 2012 Enlightened ». C’est un des, environ, 20 livres parus sur le « phénomène 2012 ». De nombreux chercheurs spirituels sont convaincus que 2012 va ouvrir la voie à la fois à un cataclysme global et une nouvelle ère spirituelle.

L’apocalypse au coin de la rue.Basé sur une prophétie tirée du calendrier maya antique, le phénomène 2012 est un scénario apocalyptique particulièrement horrifiant.

On pourrait appeler cela une version New Age des croyances apocalyptiques bibliques largement partagée par beaucoup de chrétiens évangéliques et d’autres.

J’ai parlé à Carrigan de 2012 cette semaine dans un coffee shop bondé de Vancouver, un café, où il est accueilli avec chaleur.

Le café présente le livre de Carrigan, ainsi que des dépliants pour sa conférence multimédia, visiblement assez attendue qui aura lieu ce samedi à 13 h, au Hollywood Théâtre de West Broadway. La Jaquette du livre de Carrigan le décrit comme né à Ottawa  » un visionnaire spirituel, professeur, auteur, artiste et dramaturge » versé dans la méditation, la spiritualité indienne, le yoga et la musique sacrée. La jaquette du livre ajoute qu’il éprouve souvent des visions et des rêves puissants.

Quand j’ai demandé à Carrigan son âge, il ne m’a pas répondu, «Je suis hors du temps ».  » Éternel.  »

Il reconnaît, néanmoins, avoir emménagé à Vancouver, à 19 ans et depuis ce temps avoir trouvé la ville « délicieuse ». C’est là qu’il élève deux adolescents en tant que parent célibataire. Toutefois, en décembre 2012, Carrigan partira loin de Vancouver. Il se dirigera vers un sommet montagneux.

Carrigan et beaucoup d’autres sont convaincus que le 21 décembre 2012, Vancouver et une bonne partie de la planète seront presque complètement détruits.

Les ravages seront liés à une combinaison de tremblements de terre, de tsunamis et une hausse de centaines de mètres des océans. Ceux qui pourront espérer survivre seront sur les terrains les plus élevés.

« Oubliez Haïti. Oubliez Katrina« , dit Carrigan, calmement.

La fin de Vancouver et du reste du monde tel que nous le connaissons est décrite de manière très détaillée, avec des vidéos, sur www.2012enlightened.com le site Web de Carrigan.

La destruction imminente de la Terre est suspendue à une planète appelée Nibiru, qui, selon Carrigan et de nombreux nouveaux adeptes New Âge, passera à proximité de notre système solaire en 2012.

Ils s’attendent fermement à ce que Nibiru créer un effet gravitationnel qui provoquera l’arrêt de la Terre autour de son axe pendant plusieurs mois catastrophiques.

Un âge d’or spirituel suivra pour les survivants. Carrigan et bien d’autres prédisent qu’une aube nouvelle pour la Terre commencera le 28 mars 2013. Il n’est pas possible ici d’expliquer la logique alambiquée qui décrit le phénomène 2012, comme l’expriment Carrigan et de nombreux auteurs.

Il suffit de dire que la version de Carrigan implique la science planétaire, la mécanique quantique, Nostradamus, les Indiens Hopi, les aliens, les révélations bibliques, Edgar Cayce, le Vatican, les crop circles, Atlantis, Moïse, le yoga kundalini, des dieux et déesses hindous, les enseignements Akashic, l’antéchrist, la croix gammée, l’Age du Verseau et bien plus encore.

Pourquoi le grand public n’entend-il pas parler de cette catastrophe imminente?

Carrigan déclare que le silence officiel est un complot orchestré par la NASA, la Maison Blanche, les Illuminati, les francs-maçons, les grandes multinationales et les médias de masse, qui dit-il, ont tout intérêt à ne pas inquiéter la population. Cette élite économique a déjà, dit-il, construit des villes souterraines aux États-Unis et en Scandinavie, pour servir de refuges.

Si les lecteurs se demandent si je suis attiré ou convaincu par ce scénario apocalyptique de 2012, je vais devoir décevoir beaucoup de gens et dire … non.

Je porte ces informations au grand public, uniquement parce que c’est une croyance New Age apparemment partagée par des dizaines de milliers de personnes, probablement des millions.

La pensée apocalyptique n’est pas du tout rare. Un sondage Angus Reid, affirme que 46 pour cent des Américains et 20 pour cent des Canadiens pensent que le monde finira durant leur vie, lors de quelque catastrophe divine.

Rappelez-vous la vague mondiale de peur apocalyptique qui s’est dressée lors du passage à l’an 2000 ? Des spécialistes en informatique et des évangélistes tels que Jerry Falwell et le Canadien Grant Jeffrey proclamaient que le jugement de Dieu était sur le point de tomber sur Terre via le bug de Y2K.

Les discours bibliques au sujet de l’apocalypse, souvent appelés Armageddon, le Jugement Dernier ou le ravissement, sont tenus aujourd’hui fréquemment par de nombreuses confessions religieuses conservatrices, parmi elles, ont peut citer l’église des Saints du Dernier Jour, les Adventistes du Septième Jour et de nombreuses confessions évangéliques. L’Apocalypse biblique, fondée sur le Livre de la Révélation, a été popularisée par l’intermédiaire de la série de best-seller « Left Behind ».

Le président américain Ronald Reagan pensait qu’Armageddon pourrait se produire durant sa vie.

Et le scénario apocalyptique impliquant la seconde venue du Christ fait partie de la doctrine officielle enseignée par l’Église de l’Alliance Chrétienne et Missionnaire, la confession évangélique à laquelle le Premier ministre canadien Stephen Harper appartient.

Les croyances apocalyptiques apparaissent souvent lorsque les gens sont  inquiets à cause de la guerre atomique, de l’explosion démographique, de l’effondrement économique, des virus incontrôlables et de la dévastation de l’environnement.

Qu’est-ce qui est à l’origine de la pensée apocalyptique?

Elle est fondée sur la croyance que le monde est engagé dans une lutte tous azimuts entre le bien et le mal, qui pourrait aboutir au triomphe d’un des deux côtés.

La forme dominante de la pensée apocalyptique d’aujourd’hui naît d’une conviction désespérée que la plupart des individus et des institutions sont irrémédiablement corrompus, ne pouvant se diriger que vers la destruction.

Personnellement, même si je crains que les gens au pouvoir mènent la planète dans de nombreuses directions dangereuses, je n’enclenche pas le mode apocalyptique. Traiter moi d’optimiste

Carrigan se situe dans une autre catégorie, tout pour 2012.

« Ce n’est pas une question de ’si’ j’ai raison que va-t-il se passer. Je sais que je suis dans le vrai« , dit-il.

Son comportement est resté tranquille tout au long de notre conversation, même si le rythme de son discours s’est accéléré rapidement quand il  décrivait les futures destructions.

« Ce que je dis n’est pas sombre et déprimant », dit-il. «C’est juste ce qui va se passer. »

Aussi étrange que cela puisse paraître pour beaucoup d’entre nous, il est fort possible que des millions de personnes New Age partagent les vues de Carrigan à propos du cataclysme de 2012, tandis que des dizaines de millions d’Amérique du Nord s’en tiennent à une version biblique de l’apocalypse.

Si le fait d’appartenir à un large mouvement est une preuve de «normalité», peut-être Carrigan n’a-t-il pas tort quand il déclare tranquillement:

«Je ne suis pas un radical».

Lire Douglas Todd sur www.vancouversun.com/thesearch

Marqué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.