la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

La fin du monde – Camille Flammarion #12

FeuilletonsPosté par le 7/21/09 • Classé dans Feuilletons

La fin du monde – Camille Flammarion #12

CHAPITRE IV – COMMENT LE MONDE FINIRA (suite 3)

Ainsi parla le Secrétaire général de l’Académie météorologique. L’auditoire avait écouté ces deux plaidoyers avec l’attention la plus soutenue, et manifestait d’ailleurs par son attitude qu’il était pleinement rassuré sur le sort actuel de la Terre il semblait même avoir complètement oublié la comète.

« La parole est à Mademoiselle la chéfesse du bureau des Calculs de l’Observatoire. » À cette invitation, la jeune lauréate de l’Institut avec laquelle nous avons fait connaissance au début de ce livre se dirigea vers la tribune.

« Mes deux savants collègues, fit-elle, sans exorde superflu, ont raison tous les deux, puisque d’une part il est incontestable que les agents météoriques, aidés par la pesanteur, nivellent insensiblement le globe terrestre, dont l’écorce s’épaissit et se solidifie de plus en plus, et que d’autre part la quantité d’eau diminue de siècle en siècle à la surface de notre planète. Ce sont là deux points que la science peut considérer comme acquis. Mais, messieurs, il me semble pourtant que la fin du monde n’aura pour cause ni la submersion des continents ni le manque d’eau pour l’entretien de la vie des plantes et des animaux. »

Cette nouvelle déclaration, cette annonce d’une troisième hypothèse, parut frapper l’auditoire d’un étonnement voisin de la stupéfaction.

« Et je ne crois pas davantage, se hâta d’ajouter l’élégante oratrice, que ce soit la comète qui se charge de la catastrophe finale ; car je pense, avec mes deux éminents prédécesseurs à cette tribune, que les mondes ne meurent pas d’accident, mais de vieillesse.

« Oui, sans doute, messieurs, continua-t-elle, l’eau diminuera, et peut-être finira-t-elle même, par disparaître entièrement ; mais ce n’est pas ce manque d’eau en lui-même qui amènera la fin des choses, ce sera sa conséquence climatologique… La diminution de la vapeur d’eau dans l’atmosphère amènera le refroidissement général, et mes études m’ont amené à la conclusion que c’est par le. froid que l’humanité périra.

Je n’apprendrai à personne ici que l’atmosphère terrestre respirable est composée de 79 pour 100 d’azote, de 20 pour 100 d’oxygène, et que le centième restant est formé par la vapeur d’eau pour un quart de centième environ, par l’acide carbonique pour 3 dix millièmes, par de l’ozone ou oxygène électrisé, de l’ammoniaque, de l’hydrogène et quelques autres gaz en quantité infiniment petite. L’azote et l’oxygène forment donc 99 centièmes, et la vapeur d’eau le quart du centième restant.

« Mais, messieurs, au point de vue de la vie végétale, animale et humaine, ce quart de centième de vapeur d’eau est de la plus haute importance, et je ne crains pas d’affirmer que, en ce qui concerne la température et le climat, cette petite quantité de vapeur d’eau est plus essentielle que tout le reste de l’atmosphère ! Et d’ailleurs, messieurs, ne sont ce pas souvent les plus petites choses qui mènent le monde ?

« Les ondes de chaleur qui arrivent du Soleil à la Terre, qui échauffent le sol et qui en émanent ensuite pour se répandre dans l’espace en traversant l’atmosphère, se heurtent au passage contre les atomes d’oxygène et d’azote, et contre les molécules de vapeur d’eau disséminées dans l’air. Ces molécules sont si clairsemées (puisqu’elles ne représentent pas en volume la centième partie de l’espace occupé par les autres) que l’on pourrait croire que, si de la chaleur est conservée, c’est plutôt par l’azote et l’oxygène que par la vapeur d’eau. En effet, si nous considérons les atomes en particulier, nous voyons que pour 200 d’oxygène et d’azote il y en a à peine 1 de vapeur aqueuse. Eh bien ! ce seul atome a quatre-vingts fois plus d’énergie, plus de valeur effective pour conserver la chaleur rayonnante, que les 200 d’oxygène et d’azote ! Par conséquent, une molécule de vapeur d’eau est seize mille fois plus efficace qu’une molécule d’air sec pour absorber la chaleur – comme pour la rayonner – car les deux pouvoirs sont réciproques et proportionnels. Diminuez dans une forte proportion ces molécules invisibles de la vapeur d’eau, et la Terre devient immédiatement inhabitable malgré l’oxygène : toutes les contrées, même l’équateur et les tropiques, perdent soudain la chaleur qui les fait vivre, et sont condamnées au climat des hautes montagnes où sévissent des frimas éternels ; au lieu des plantes luxuriantes, des fleurs et des fruits, des oiseaux et des nids, de la vie qui pullule sur le globe et dans les eaux, au lieu des ruisseaux gazouillants, des limpides rivières, des lacs et des mers, nous n’avons plus autour de nous que des glaces immobiles au sein d’un immense désert… Et quand je dis nous, mesdames, vous m’entendez, nous ne resterions pas longtemps là pour le voir, car notre sang lui-même se figerait dans nos artères et dans nos veines, et tous les cS_urs humains auraient bientôt cessé de battre. Voilà quelles seraient les conséquences de la suppression de la vapeur aqueuse qui, répandue dans notre atmosphère, agit comme une serre protectrice et bienfaisante pour la vie terrestre tout entière.

« Les principes de la thermodynamique démontrent que la température de l’espace est de 273 degrés au-dessous de zéro. C’est là, messieurs, le froid plus que glacial au milieu duquel notre planète s’endormira, lorsqu’elle sera privée du voile aérien qui l’enveloppe si chaudement aujourd’hui de son duvet protecteur.

« C’est là le sort réservé à la Terre par la diminution graduelle de l’eau qui existe à sa surface. Cette mort par le froid est inévitable, si notre séjour dure assez longtemps pour l’attendre.

« Une telle fin est d’autant plus certaine que ce n’est pas seulement la vapeur d’eau qui diminue, mais encore les autres éléments de l’air, l’oxygène et l’azote, en un mot l’atmosphère tout entière. L’oxygène se fixe insensiblement par tous les oxydes qui se forment perpétuellement à la surface du globe ; l’azote se fixe par les plantes et les terres, et ne retourne pas intégralement à l’état gazeux ; l’atmosphère pénètre, par sa pression, les océans et les continents, et descend, elle aussi, dans les régions souterraines. Peu à peu, de siècle en siècle, l’atmosphère diminue. Autrefois, durant la période primaire, par exemple, elle était immense, les eaux couvraient presque entièrement le globe, les premiers soulèvements granitiques émergeaient seuls de l’océan universel et l’atmosphère était imprégnée d’une quantité de vapeur d’eau incomparablement supérieure à celle des temps modernes. C’est ce qui explique la haute température de ces époques disparues, lorsque les plantes tropicales de nos jours, les fougères arborescentes, ainsi que les calamites, les équisétacées, les sigillaires, les lépidodendrons, croissaient en opulentes forêts aux pôles aussi bien qu’à l’équateur. Aujourd’hui, l’atmosphère et la vapeur d’eau ont considérablement diminué. Dans l’avenir, elles sont destinées à disparaître. Sur Jupiter, qui en est encore à son époque primaire, l’atmosphère est immense et pleine de vapeurs. Sur la Lune, il semble bien qu’il n’y ait presque plus d’atmosphère du tout ; aussi sa température est-elle constamment inférieure à la glace, même en plein soleil. Sur Mars, l’atmosphère est sensiblement plus raréfiée que la nôtre. Sur notre planète, dans l’avenir, la misérable race humaine périra par le froid.

« Quant au temps nécessaire pour amener le règne du froid causé par la diminution de l’atmosphère aqueuse qui enveloppe le globe, j’adopterais aussi les dix millions d’années calculées par l’orateur qui m’a précédé.

« Telles sont, mesdames, les étapes que la nature parait avoir tracées à la marche vitale des mondes, du moins dans le système planétaire auquel nous appartenons. Je conclus donc que la Terre aura le sort de la Lune et finira par le froid, lorsqu’elle sera dépouillée de la robe aérienne qui la garantit actuellement de la déperdition perpétuelle de la chaleur qu’elle reçoit du Soleil.

http://www.ebooksgratuits.com

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.