la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

Printemps des zombies 8/8 « Les Zombies de l’Espace »

Morts-vivantsRevue de Net / PressePosté par le 5/05/09 • Classé dans Morts-vivants,Revue de Net / Presse

Printemps des zombies 8/8 Les Zombies de lEspace

« Les Zombies de l’Espace »

Lundi 23  Février 2009 – Semaine Six, Jour Trente-Six – Ecrit par Joe Janes -36 of 365

CAST:

Sergei, 30 ans

Glenn, 20 ans

Topol, 50 ans

Midge, 50 ans

(Les lumières s’allument dans la Station Spatiale Internationale. Glenn et Sergei «flottent» à l’envers tout en travaillant sur des panneaux de contrôle. Un peu plus loin, Midge et Topol travaillent sur un projet de culture hydroponique.)

  • SERGEÏ
  • C’est sympa d’avoir de nouvelles têtes dans la station.
  • GLENN
  • Merci, Sergei.  C’est un rêve qui devient réalité pour moi. Peu importe le nombre de livres que vous puissiez lire ou le nombre d’émissions de télévision ou de films que vous regardiez, rien ne peut décrire l’expérience d’être effectivement projeté dans l’espace, et puis, et bien sûr, de se retrouver ici. C’est tellement beau. C’est si lumineux et jusqu’à l’infini. C’est sublime, mais un peu impressionnant.
  • SERGEÏ
  • Oui, ça passe vite.  Alors, qu’as-tu apporté ?
  • GLENN
  • Qu’est ce que j’ai apporté ? Les trucs habituels, je pense.
  • SERGEÏ
  • Déconne pas. Nous sommes ici ensemble pour un an. Si tu as apporté quelque chose que tu n’aurais pas dû, dis-le-moi. Ou je trouverai plus tard, lorsque je fouillerai tes affaires.
  • GLENN
  • Hein, qu’est-ce que tu dis ? Tu n’as pas le droit de fouiller mes affaires personnelles.
  • SERGEÏ
  • Il ya beaucoup de choses que je n’ai pas le droit de faire. Mais qu’est-ce qui m’en empêche. Il n’y a que nous quatre ici. Tu veux appeler mission control  et leur demander de t’envoyer ta maman pour venir te chercher ?
  • GLENN
  • Je dis simplement que, dans l’intérêt de relations internationales pacifiques, nous ne sommes pas en train de prendre un bon début.
  • SERGEÏ
  • Okay, Glenn. Mais si tu veux vraiment des relations pacifiques, dis-moi ce que tu as apporté.
  • GLENN
  • Je vais te dire ce que j’ai.
  • SERGEÏ
  • D’accord. Tout le monde apporte quelque chose qu’il n’aurait pas dû. Tout le monde.
  • GLENN
  • Tout le monde ?
  • SERGEÏ
  • Topol, là-bas. Il est venu avec une pile de magazines pornos. Pas vrai, Topol?
    Topol acquiesce
  • SERGEI (continuant)
  • Dieu le bénisse.
  • GLENN
  • Est-ce qu’il partage ?
  • SERGEÏ
  • Malheureusement, oui. Il est branché «grosses» avec de la cellulite… Mais bon, faute de grives…
  • GLENN
  • Est ce que Midge a apporté des trucs pornos ?
  • SERGEÏ
  • Midge a apporté de quoi fumer.
  • GLENN
  • Elle a amené de l’herbe.
  • SERGEÏ
  • Des graines aussi. Regarde le spécimen hydroponique N° 420.
  • GLENN
  • C’est du matériel sensible. Vous ne pouvez pas fumer ici.
  • SERGEÏ
  • On ne le fait pas. On sort. Tu te rappelles ces astronautes qui avaient perdu une caisse à outils durant une sortie
  • GLENN
  • Ouais.
    (Sergei mime quelqu’un en train de fumer un joint)
  • GLENN
  • Mais, il faut fumer à l’intérieur de son casque de combinaison spatiale.
  • SERGEÏ
  • Meilleur trip de ta vie.
  • GLENN
  • Qu’est-ce que vous apportez, Sergei ? De la vodka ?
  • SERGEI (en colère)
  • Ce sont des paroles plutôt racistes, Américain … Je plaisante !  T’en veux ?
    (Il boit une gorgée à la paille qui sort de l’épaule de sa combinaison de travail.)
  • GLENN
  • Bien sûr, pourquoi pas. (Il prend une petite gorgée.) Waow.
  • SERGEÏ
  • Ça rend la nourriture en pâte que nous consommons beaucoup plus acceptable.
  • GLENN
  • Les gars, vous savez vous y prendre pour faire la fête. Désolé d’avoir été si coincé à propos d’ « apporter quelque chose ». Quand vous avez dit, « tout le monde  » Je ne pensais pas que cela voulait dire tout le monde.
  • SERGEÏ
  • Je savais que vous aviez apporté quelque chose.
  • GLENN
  • Je l’ai fait. Un flingue.
    (Il tire un petit pistolet de sa poche)
  • SERGEÏ
  • Un flingue.
  • MIDGE
  • Il a un flingue!
  • TOPOL
  • Tout le monde à terre!
    (Les trois astronautes continuent de voler en se couvrant la tête avec leurs bras.)
  • GLENN
  • Non, non, non, ça va, ça va, le cran de sûreté est mis.
  • SERGEÏ
  • Un flingue ! Vous apportez un putain de flingue dans une station spatiale?
  • MIDGE
  • Qu’est ce qui vous a pris, Glenn?
  • GLENN
  • Hey, vous avez bien amené de l’herbe.
  • TOPOL
  • Si vous ne pouvez pas le fumer, le manger ou le boire, ça ne sert à rien.
  • SERGEÏ
  • Et dangereux. Vous tirez accidentellement à travers la paroi et nous sommes tous aspirés à l’extérieur par un trou pas plus grand que mon nombril. Et mon nombril est plutôt petit.
  • GLENN
  • J’ai pensé qu’il pourrait être utile.
  • MIDGE
  • Utile à quoi ?
  • TOPOL
  • Est-ce que mes magazines pornos vous menacent ?
  • GLENN
  • Un peu. Mais je n’utiliserais jamais mon arme pour ça. Mais bon, nous sommes dans l’espace. La dernière frontière. Nous ne savons pas ce qu’il y a ici. Nous sommes comme au tir aux pigeons pour des zombies de l’espace qui pourraient venir et nous manger le cerveau.
  • SERGEÏ
  • Des zombies de l’espace. Vous avez vu trop de films.
  • MIDGE
  • Et des mauvais.
  • TOPOL
  • Heureusement que vous êtes là pour nous protéger. Je n’aimerais pas qu’un zombie de l’espace vienne manger mes magazines pornos.
  • MIDGE
  • Je pense que quelque chose a déjà mangé le cerveau de Glenn.
  • GLENN
  • Ok, ok, ok, c’était stupide. Vous ne verrez plus jamais cette chose, (Il le met dans sa poche.) encore une fois, désolé de n’avoir rien amené d’intéressant.
    (Il va se remettre au travail. Les autres ne l’imitent pas.)
  • SERGEÏ
  • Ca va, American. Nous sommes heureux que vous soyez là.
  • GLENN
  • Merci. Pourquoi vous me regardez tous ?
    (Ils se saisissent  tous de lui et commencent à le dévorer. Les lumières baissent).

Printemps des zombies 8/8 Les Zombies de lEspace

Marqué:

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.