la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

Les survivalistes modernes de Dallas-Fort Worth sont prêts pour la crise économique, ou la guerre. 2/3

Revue de Net / PressePosté par le 4/23/09 • Classé dans Revue de Net / Presse

Les survivalistes modernes de Dallas Fort Worth sont prêts pour la crise économique,  ou la guerre. 2/3

Hier : 1ère partie, Poussé par l’ouragan Katrina

Ajourd’hui : 2 – Plein essor

Les entreprises qui vendent des denrées alimentaires stockables, des abris et des armes à feu sont en plein essor.

Bruce Hopkins, propriétaire de « Best Prices Storable Foods », un magasin qui vend des aliments en conserve et déshydratés, déclare que ses ventes ont « explosé  » au printemps dernier et sont ensuite restées stable. Sur une seule journée, la semaine dernière, Hopkins a vendu pour 31 000 $ de nourriture stockable. Selon Hopkins, un des articles les plus populaires est un stock pour une année d’approvisionnement alimentaire pour une famille de quatre ou de deux personnes, au prix de respectivement 4 000 $ ou  2 700 $. « Je pense que moins d’un mois d’approvisionnement alimentaire est stupide « , nous déclare Hopkins, dont l’activité se situe à Quinlan, au sud de Greenville. «Je pense qu’il est temps d’arrêter de regarder « Nouvelle star »  et de commencer à prêter attention à ce qui se passe dans le monde. »

Walton McCarthy, propriétaire et principal ingénieur de Radius Engineering International, construit des abris souterrains prévus pour résister aux  catastrophes, y compris des attaques nucléaires, chimiques ou biologiques, entre autres choses. Il nous dit que son chiffre d’affaires a triplé depuis Juillet, lorsque des rapports ont évoqué des essais de missiles iraniens. Les abris de McCarthy peuvent contenir de 10 à 300 personnes et le coût varie de 105.000 $  à 6 millions $. Ses clients sont des hommes politiques, des médecins et des cadres supérieurs. « Ce vers quoi nous nous dirigeons maintenant, c’est le Pearl Harbor blues« , déclare McCarthy, dont la société est basée à Forney, à l’est de Dallas. « Tous les ingrédients sont la. C’est au coin de la rue, et personne ne pourra dire qu’il n’a pas été prévenu. »

Chez « Cheaper Than Dirt Outdoor Adventures» (Aventures au grand air moins chères que la poussière), un magasin d’armes dans le nord de Fort Worth, les affaires n’ont jamais été aussi bonnes. Le propriétaire Irwin Dewayne nous dit qu’il voit trois grands types de clients : « Vous avez le bon vieux Texan qui a toujours possédé une arme. Vous avez des gens qui arrivent et vous disent  » J’ai perdu mon travail, mes voisins ont perdu leur emploi et ils croient vraiment qu’ils pourraient avoir à se battre pour un kilo de carottes. Et vous avez les gars qui sont pour la 1ère fois acheteurs d’une arme à feu et qui ne savent pas vraiment pourquoi. Simplement parce que tout le monde en achète. C’est fou.  »

Les survivalistes modernes de Dallas Fort Worth sont prêts pour la crise économique,  ou la guerre. 2/3

«Pour revenir à mes racines »

Spirko a grandi dans des régions rurales de Pennsylvanie, où la chasse, la pêche, le jardinage, et la mise en conserve et le stockage des denrées alimentaires faisaient partie d’un mode de vie. « Personne en parlant des gens de cette époque ne dirait : « C’étaient des survivalistes », déclare Spirko. « C’est pourtant exactement ce que vous êtes en train de faire. » Après que Spirko est sorti de l’armée, il a déménagé au Texas et a commencé à travailler dans les communications et la vente. « Je me suis retrouvé vers 25 ans passant ma vie à pourchasser des grosses entreprises, à  travailler pour un gros salaire et à parcourir tous les Etats-Unis« , nous déclare Spirko.

Et puis, l’an 2000 est arrivé, ou plutôt n’a pas eu lieu. « Je pensais qu’ils étaient complètement givrés », nous dit Spirko. « Ils pensaient que leur grille-pain allait exploser quand on passerait en 2000, n’importe quoi. » Mais bien que Spirko ne fût pas rentré dans la logique de Y2K, les préoccupations ne cessaient d’augmenter. « Aussitôt après, nous avons eu l’explosion de la bulle internet. Nous avons eu le krach boursier. Mon portefeuille a baissé de 50 pour cent en une nuit. Et puis, le 11 septembre est arrivé « , nous dit-il. «J’ai commencé à revenir à mes racines et à chercher des moyens de préserver mon patrimoine et de m’assurer que nous avions de la nourriture à portée de main. »

En Juillet, Spirko a lancé un podcast pour survivalistes modernes : TheSurvivalPodcast.com. Il encourage les gens à payer leur dette et à avoir de l’argent sous la main, ainsi que de l’eau et de la nourriture et un plan d’évacuation. À peu près au même moment, il a élargi son arrière-jardin, où il cultive des tomates, des pois, du maïs, des fraises, des oignons et des jalapeños (une sorte de piment mexicain. Ndt), entre autres choses. « Nous avons eu deux grosses frayeurs avec des produits l’année dernière, les jalapeños et les tomates « , dit Spirko. « D’abord, les jalapeños ont eu des salmonelles, puis les tomates également. Si ça arrive, on se demande ce qui pourrait arriver d’autre ? »

Gwenn, 52 ans, qui se décrie elle-même comme une « girlvivalist, » (mot formé des racines de girl (fille) et survivalist (survivaliste)  Ndt) gère un hôtel à Beaumont. Elle a beaucoup d’eau, un an de nourriture et un fusil de chasse pour sa protection.  « Quand nous avons eu l’ouragan Ike ici, beaucoup de mes locataires n’ont pas évacué « , nous dit-elle. «Pendant que mes voisins étaient en train de faire la queue pour les RPM [repas prêts à manger] du centre commercial, nous étions en train de faire griller des steaks. »

Par MELODY McDONALD  (avec son aimable autorisation)

Article paru dans le Star Telegram le 5 avril 2009Les survivalistes modernes de Dallas Fort Worth sont prêts pour la crise économique,  ou la guerre. 2/3

Hier : 1ère partie, Poussé par l’ouragan Katrina

Demain : 3ème partie : Ne pas faire de bruit

Marqué: , , , ,

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.