la-fin-du-monde.fr

Suivez la fin du monde en direct

L’effet LHC

Revue de Net / PressePosté par le 10/10/08 • Classé dans Revue de Net / Presse
Le lancement operationnel du Large Haldron Collider à visiblement eu un gros impact sur le traffic Internet. La preuve, ce graphique indique le nombre de recherche dans Google des mot-clés « fin du monde », il n’est pas difficile de repérer le pic de requétes précéder le lancement du LHC.

Leffet LHC
Mais il n’y a pas que les internautes à se soucier de l’armageddon, on dénote également une recrudescence des crises d’anxiété chez les jeunes enfants exposés à ces informations alarmistes.
« Mon fils est terrifié à l’idée que la fin du monde arrive » s’inquiéte Barbie, une jeune mére irlandaise dont le fils de 11 ans éclate en sanglots à tout bout de champ et l’appel sans cesse au téléphone depuis son école. Virginia, la journaliste du Belfast Telegraph, lui répond en tentant de la rassurer que ce type de crise, lié à l’angoisse de la séparation avec sa mére est relativement commune chez les enfants de cet age. Entourer son enfant de toute son affection, renforcer sa présence auprès de lui et surtout lui montrer le plus grand calme et la plus plus grande confiance dans les scientifiques du CERN devrait finir par le rassurer.
En Suisse, c’est ambiance « Maman ! C’est la fin du monde! » sur le forum de femina.ch, une jeune maman témoigne que son fils lui a demandé si c’était la derniere fois qu’il la voyait. « Il m’a alors planté ses yeux dans les miens « Peux-tu me jurer que c’est sans danger? » suivi d’un immédiat « Comment tu peux en être sûre? ». Euh…. « 
La BBC cite le témoignage d’un autre parent qui à vu son enfant faire tout le tour de la maison en disant « adieu » à tout ce qu’il croisait, chat, jouets, chambres… tandis qu’un autre conseillait à sa mére de se poignarder directement dans le coeur pour mourir immédiatement. Pour Alex

Leffet LHC

que l’intelect d’un jeune enfant ne lui permet de rationaliser ce type d’information et de faire la part des choses. Ils s’approprient ces nouveaux concepts en jouant avec, ce qui peut provoquer des moments diffciles. « S’ils parlent de  choses autres que ce qu’ils ont mangés au petit déjeuner, c’est bien. Cela peut les motiver à en apprendre plus sur le monde. »
Ce vague d’angoisse n’est pas sans précédent, la version en ligne du quotidien gratuit « 20 minutes » nous rappel que le Tsunami qui avait frappé l’asie du sud fin 2004 était à l’origine de phénoménes assez semblables.
Marqué: , ,

Laisser un commentaire

IMPORTANT: la modération des commentaires est active et peut différer votre commentaire. Il n'y a aucun besoin de re-poster votre commentaire.